La 32e session ordinaire de la Conférence des chefs d’État et de gouvernement de l’Union africaine, des 10 et 11 février 2019, a été particulièrement riche sur les réformes et les dynamiques entreprises pour l’institution et la nouvelle année. Si 2018 a été proclamée « Année Africaine de lutte contre la corruption », la 32e session a sacré 2019 comme « Année des réfugiés, des rapatriés et des personnes déplacées : vers des solutions durables aux déplacements forcés en Afrique ».

Le Président de la République du Niger, M. Mahamadou Issoufou, a présenté, le 10 février, son deuxième rapport d’étape sur le processus de la ZLECAf (Zone de Libre Echange Continentale Africaine) relatif au deuxième semestre de l’année 2018 et les perspectives pour les mois à venir. Le rapport se scinde en trois parties :

1 – les activités menées sous la supervision des ministres du Commerce de l’Union africaine depuis le Sommet de juillet 2018 ;

2 – les évolutions relatives à la mise en œuvre du processus de la ZLECAf ;

3 – la partie conclusive et les recommandations.

Après avoir fait état des activités des ministres du Commerce de l’Union africaine et du processus de ratification et de mise en œuvre de la ZLECAf, M. Issoufou a proposé « la désignation des produits sensibles et la liste d’exclusion selon les critères […] [relatifs à] la sécurité alimentaire, la sécurité nationale, les recettes fiscales, les moyens de subsistance et l’industrialisation » ou encore des « directives pour l’élaboration des listes d’engagements spécifiques et du cadre de coopération règlementaire pour le commerce des services », etc.

À l’issue de la 32e session ordinaire, un nouveau bureau de la Conférence de l’Union Africaine pour 2019, chargé de mener à bien les réformes de l’Organisation panafricaine jusqu’en 2020, est mis en place. M. Mahamadou Issoufou a été élu 3ème Vice-président aux côtés de M. Abdel Fattah al-Sissi (Président), M. Cyril Ramaphosa (1er Vice-président), M. Félix Tshisekedi (2ème Vice-président), M. Paul Kagame (Rapporteur).

En outre, en ce qui concerne les relations extérieures de l’Union, il a été rappelé à la Commission  d’assurer la cohésion entre l’accord Post-Cotonou et les partenariats après 2020 avec l’Union européenne, afin que les priorités continentales de l’Union ainsi que son Agenda 2063 y soient intégrés. D’autres décisions ont concerné le processus de paix pour la Libye, le financement de l’Union ou encore la lutte contre les migrations, etc.

La 35e session du Conseil exécutif se tiendra à Niamey, en juin/juillet 2019.

Par l’INESI le 12 février 2019