Mise en place par la Décision 2012/392/PESC du Conseil de l’Union européenne du 16 juillet 2012, à la suite d’une lettre d’invitation du 1er juin 2012 du Premier ministre nigérien au Haut représentant de l’Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, la mission de l’Union européenne au Niger pour soutenir le renforcement des capacités des intervenants nigériens en matière de sécurité en vue de lutter contre le terrorisme et la criminalité organisée (EUCAP Sahel Niger) est une politique de sécurité et de défense commune (PSDC) de la politique étrangère et de sécurité commune de l’Union européenne.

L’objectif initial d’EUCAP Sahel est de permettre aux autorités nigériennes de mettre en œuvre le volet sécurité de leur propre stratégie pour la sécurité et le développement et d’améliorer la coordination régionale pour relever les défis en matière de sécurité commune (article 2 de la Décision 2012/393/PESC). Elle vise également à contribuer à établir une approche centrée sur les droits de l’homme dans le domaine de la lutte contre le terrorisme et la criminalité.

Depuis 2015 en pratique et 2016 officiellement, avec la modification de l’article 3 par la Décision (PESC) 2016/1172 du Conseil du 18 juillet 2016, EUCAP Sahel Niger a pour tâche de lutter contre la migration irrégulière. Au regard des tensions et des incompréhensions qu’a fait naître la lutte contre les réseaux de passeurs et les migrants illégaux dans le Nord du Niger, la zone d’Agadez principalement, l’antenne d’EUCAP Sahel à Agadez procède à des réunions pour « tisser des liens entre les femmes dirigeantes, les autorités et les forces de sécurité, contribuant ainsi à instaurer la confiance et à trouver des solutions aux problèmes » selon la Délégation de l’Union européenne au Niger.

EUCAP Sahel Niger fournit également une aide humanitaire aux femmes pour que les familles puissent retrouver « une source de revenus » car ces dernières « ne pouvaient plus gagner d’argent par le trafic et l’hébergement de migrants, ou en vendant des produits aux migrants de passage » avec la nouvelle politique européenne de lutte contre la migration appliquée par le gouvernement nigérien.

Le nouvel objectif de l’Union est d’aider « les femmes dirigeantes à mieux comprendre le travail des forces de sécurité, afin qu’elles puissent sensibiliser d’autres femmes dans leurs communautés à la prévention du trafic de migrants et à la lutte contre ce phénomène ».

 

Par l’INESI le 03 septembre 2018