Dans le cadre de la Convention de financement signée entre l’Union européenne (UE) et le Niger, l’organisation européenne a décaissé une première tranche d’appui au budget 2018 de l’État nigérien de 21 millions d’euros (13,775 milliards de FCFA). Cet appui budgétaire intervient dans le cadre du programme « Appui budgétaire à la justice, à la sécurité intérieure et à la gestion des frontières du Niger ».

Ce programme est issu de la volonté européenne de lutte contre les migrations. En effet, il est financé par le Fonds Fiduciaire d’Urgence de l’Union européenne pour l’Afrique, instauré depuis le Sommet de La Valette de 2015. L’Italie, un des pays européens le plus touché par les vagues migratoires provenant des côtes africaines, contribue à hauteur de 50 millions d’euros des 80 millions d’euros de ce programme. Ce financement italien conséquent qui illustre son poids dans ce fonds dérivé du Fonds européen au développement (FED) et du budget général de l’UE.

Pour la Délégation de l’Union européenne au Niger, le décaissement des 21 millions d’euros vise principalement à mettre en œuvre le « Programme de développement durable pour la prévention et la lutte contre la migration irrégulière » présenté par les autorités nigériennes lors du Sommet de La Valette. Les fonds sont versés au Trésor public nigérien et s’inscrivent également dans l’application effective du « Plan de Développement économique et social (PDES 2017-2021) » du Niger, c’est-à-dire à l’amélioration de la gestion des finances publiques, mais plus spécifiquement aux réformes dans les secteurs de la sécurité intérieure, de la justice, de la gestion des frontières et de la lutte contre l’immigration illégale et le trafic des êtres humains.

 

Par INESI  le 03 septembre 2018

7emeConstitution